Sécoué dans les airs

Il y a quelques jours, . Il était à peine sept heures du matin et je tirais du lit toute la petite famille. Cela faisait un moment que j’attendais ce jour. Car ce jour-là était un peu particulier : en cette incroyable journée, j’allais effectuer un baptême de voltige à Dijon ! Peu après, nous avons rendus en famille pour rejoindre l’aéroclub où mon baptême devait se passer. Une fois sur place, j’ai eu le plaisir de rencontrer Alain. Deux autres personnes se préparaient comme moi à découvrir les sensations du vol acrobatique. Eux aussi étaient venus accompagnés de leur famille, ce qui fait qu’on se serait cru dans une réunion de famille. Une fois que tout le monde a pris place, Thomas a alors pris la casquette de formateur. Il nous a exposé les consignes de sécurité. Les enfants le regardaient, émerveillés. Nous étions censés passer dans l’ordre où nous étions arrivés : j’étais le dernier à passer J’ai donc regardé le premier passager. Vu d’en bas, ça ne paraît pas bien méchant. Soudain, on me signale qu’il est temps de enfiler mon parachute. J’embrasse ma femme, mes enfants, puis l’avion regagne la terre ferme. Cette fois, c’est mon tour. Je rejoins l’appareil et accroche mes harnais. Alain me répète une dernière fois les règles à suivre. Les derniers contrôles effectués, puis je suis face à la piste. Ben accélère. La sensation d’être plaqué par la vitesse est déjà fabuleuse. Une fois en l’air, je repense au briefing et me souviens de ce qui m’attend comme première figure ! Enfin, Julien m’informe qu’on va attaquer le vol acrobatique. Et quand il ouvre le bal avec un looping, je suis envahi par un sentiment de plénitude. Les sensations sont prodigieuse ! La terre et le ciel bascule en tous sens, mais ça passe sans problème. Mais ce n’est qu’un début, car les figures se suivent sans répit : vrilles, cloche, looping se suivent et ne se ressemblent pas ! Au final, 15 minutes de voltige. Je suis descendu un peu haletant de l’avion, mais j’ai vraiment apprécié ce vol acrobatique!Plus d’information sur cette activité de ce vol de voltige aérienne à Dijon en surfant sur le site de l’organisateur.

voltige_photo-1465993891989-6d2728076e9a

La visibilité des gilets jaunes

Vêtement jaune fluo destiné à améliorer la visibilité de toute personne évoluant en bordure de chaussée en situation dangereuse ou sur un chantier. Depuis le 1er janvier de cette année le gilet jaune est donc obligatoire pour les motards, comme pour les automobilistes, mais les modalités d’application de cette nouvelle règle sont encore un peu confuses. Patrouilleur autoroutier muni de ce vêtement. Pour limiter les risques de collision, l’application Waze signale dorénavant aux automobilistes les gilets jaunes en intervention sur l’autoroute. Membre du mouvement de contestation apparu en 2018 initialement dû à la hausse des prix du carburant causée par le projet de taxe carbone. Un gilet jaune est interpellé par des policiers lors de la manifestation du 8 décembre à Paris. Pour Alexis Lévrier, historien spécialiste des médias, faire du reportage de terrain et afficher un certain militantisme n’est d’ailleurs pas incompatible. « On peut citer Albert Camus et ses reportages sur les indigènes de Kabylie, ou bien Joseph Kessel et sa couverture de la guerre d’Espagne, précise-t-il. Ils faisaient du reportage de terrain et affichaient sans souci leurs opinions politiques. À partir du moment où vous êtes capable de remettre en cause votre propre point de vue et d’être au service de la vérité, ce n’est pas la carte de presse qui détermine si vous êtes journaliste. Dans ce cas, que fait-on de cette fameuse objectivité qui doit habiter chaque journaliste ? Alors que j’étais en fonction depuis plus d’un an, les dossiers que je traitais m’étaient brusquement retirés pour être confiés à une recrutée locale. J’en restais pourtant officiellement responsable, mais, de fait, je ne contrôlais plus rien. Et ce que j’arrivais à en percevoir m’alarmait au plus haut point. Les dossiers étaient juste vides. Pendant quatre mois, j’ai attiré l’attention de ma hiérarchie sur les « anomalies » induites par cette nouvelle organisation. En vain. Au bout de trois mois, j’avais fini également par exposer la situation à mon administration centrale, à Paris. À cette période, j’ai reçu des menaces précises de l’encadrement de l’ambassade.

Il faut de la stabilité gouvernementale pour la république

Ce n’est vraiment pas par le caractère de leur gouvernement que les grandes républiques ont manqué d’équilibre; cela est dû au fait que l’expérience est née dans les seins de violentes tempêtes, c’est toujours dans un état d’exaltation qu’ils sont mis en place. Seulement le travail de la philosophie était arrangé calmement. Cette république, les Etats-Unis, pleine de connaissance et de pouvoir, révèle cet événement, chaque jour leur succès révélant un accroissement qui étonne les autres nations. Ainsi, il était limité au tout nouveau monde de former à l’Ancien que l’existence pouvait être faite et pacifique sous le règne de la liberté et de l’égalité. Bien entendu, j’affirme que, chaque fois qu’un nouvel achat de matériel peut être fondé sans avoir d’effets partisans inquiétants, le consul initial l’a fait, principalement après la sérénité d’Amiens, de sorte que, s’ils peuvent continuer à le faire, cela devient beaucoup plus facile. former une république sans avoir l’anarchie comparée à une monarchie sans le besoin de despotisme. Pourrait-on imaginer une limite qui ne soit pas illusoire dans un gouvernement où le primaire dispose de tout le pouvoir professionnel dans la main et de tous les points à attribuer? Ils ont peut-être parlé d’entreprises qui produisent chacun de ces excellents résultats. Avant de recommander la construction d’une monarchie, ne devrions-nous pas au préalable nous assurer et montrer à ceux qui doivent voter dans la requête que ces institutions particulières suggérées se trouvent dans l’ordre des points réalisables, et non des obstructions métaphysiques, qui ont été conservées un reproche sur le processus inverse? À cette époque, rien n’est conçu pour contrôler efficacement le pouvoir suprême, mais seulement ce que l’on appelle des organismes ou des droits intermédiaires. Serait-ce donc votre nouvelle noblesse que vous pourriez communiquer chaque fois que vous faites allusion aux institutions? Mais ce genre de traitement n’est-il pas pire que la maladie? Car l’énergie définitive d’un monarque ne requiert que notre liberté, tandis que l’école des classes privilégiées nous prive simultanément de la liberté et de notre égalité. Et si, même au commencement, les dignités et les tarifs n’ont été que personnels, nous comprenons qu’ils accompliront généralement les fiefs d’autres époques pour devenir héréditaires.