Faut il préférer un nouveau concept après la pandémie

Cela est certain: tout comme la maladie a brisé des vies, perturbé les marchés et soumis la compétence (ou la pénurie de celle-ci) des organes directeurs, elle va conduire à des changements durables dans la force gouvernementale et économique d’une manière qui peut se révéler être évidente seulement après. Pour nous aider à donner un sens au terrain qui change sous nos orteils simplement parce que cette agitation se déroule, nous avons demandé à 12 grands penseurs du monde entier de peser avec leurs estimations sur l’achat mondial après la pandémie. La crise accélérera également le transfert d’énergie et d’influence du côté ouest vers l’est. La Corée du Sud et Singapour ont le plus réagi, et l’Asie a réagi efficacement après ses erreurs antérieures. La réponse en Europe et en Amérique a été graduelle et aléatoire par comparaison, ternissant davantage l’aura du constructeur américain. Ce qui ne changera pas peut être la nature fondamentalement conflictuelle de la politique nationale communautaire. Les fléaux antérieurs – tels que la pandémie de grippe de 1918-1919 – n’ont pas réussi à mettre fin à la rivalité de puissance merveilleuse ni à inaugurer une nouvelle période de cohésion mondiale. Le coronavirus non plus. Nous assisterons à un nouveau recul de l’hyperglobalisation, alors que les citoyens recherchent des autorités gouvernementales nationales pour les protéger, de sorte que les revendications et les organisations visent à réduire les vulnérabilités futures. Pour le dire brièvement, le coronavirus fournira une communauté certainement moins grande ouverte, beaucoup moins productive et moins libre. Il n’était pas nécessaire de le faire de cette manière, mais le mélange d’un malware à propagation rapide, d’une organisation de mauvaise qualité et d’un contrôle incompétent a mis l’humanité sur une voie nouvelle et inquiétante. Le développement du potentiel économique et militaire de la Chine a actuellement provoqué une persévérance bipartite en Amérique pour dissocier l’Asie des technologies provenant de You.S et de la maison cérébrale et tenter de pousser les alliés à emboîter le pas. La tension croissante de la communauté et de la politique pour faire face aux polluants de carbone et à réduire les concentrés sur la réduction des émissions de carbone avait précédemment mis en cause la dépendance de nombreuses entreprises vis-à-vis des magasins d’approvisionnement de très longue durée. Maintenant, le coronavirus oblige les autorités, les entreprises et les communautés à renforcer leur capacité à gérer de longues périodes d’autosolitude financière. Il semble très improbable dans ce contexte comment la communauté reviendra à l’idée d’une mondialisation mutuellement avantageuse qui a défini le début du XXIe siècle. Et sans le bonus pour protéger les bénéfices fournis par l’incorporation économique mondiale, les structures de gouvernance économique internationale reconnues au XXe siècle s’atrophieront rapidement. Il va alors acquérir une énorme autodiscipline pour les dirigeants gouvernementaux afin de préserver la coopération mondiale plutôt que de s’évader dans des concurrents géopolitiques manifestes. Démontrer à leurs habitants qu’ils pourraient gérer la situation du coronavirus achètera aux dirigeants du capital politique. Mais les gens qui échouent auront du mal à résister à la tentation de blâmer les autres pour une panne.