Simulateur de vol: une impérative qualification des pilotes

Avec les compagnies aériennes cherchant à reprendre le voyage, elles chassent essentiellement pendant un certain temps alloué à l’entraînement des pilotes d’avion dans des simulateurs de vol juste avant de pouvoir voler à nouveau. Les simulateurs de vol sont une partie essentielle de votre formation pour les pilotes. Il y a environ trois éléments qui font pression sur l’utilisation améliorée des simulateurs de voyage dans l’entraînement: la complexité des plus gros avions, le coût de leur procédure, ainsi que la complexité améliorée dans le cadre de contrôle du trafic atmosphérique à travers lequel ils fonctionnent. Les simulateurs modernes ont des avions identiques précisément en ce qui concerne les dimensions, la disposition et les appareils du cockpit. Ils ont également reproduit l’environnement extérieur et créent une sensation raisonnable de vol en utilisant la plate-forme d’action à trois axes sur leur emplacement. La consommation la plus importante de simulateurs de vol des compagnies aériennes est peut-être de former des équipages dans des scénarios de crise, afin qu’ils puissent maîtriser des circonstances de première main qui ne peuvent pas être exposées de manière sûre et sécurisée dans un véritable coaching de voyage. Néanmoins, la simulation est également beaucoup moins coûteuse que l’utilisation d’un avion réel pour une transition de routine et une éducation à l’efficacité. La formation sur sim est si raisonnable que les équipages de conduite sont parfois certifiés avec un nouvel avion dans une sim avant de voyager à tout moment par avion. Deux très premiers simulateurs de voyage sont apparus en Grande-Bretagne en seulement dix ans après le voyage initial d’Orville et de Wilbur Wright. Ceux-ci ont été conçus pour permettre aux aviateurs d’imiter les manœuvres d’avion simples en trois proportions: narines vers le bas ou vers le haut; aile gauche plus haute et proprement très basse, ou inversement; et le lacet à droite ou à gauche. Il a fallu jusqu’en 1929, néanmoins, pour faire apparaître une simulation vraiment efficace, l’hyperlien Trainer, développé par Edwin A. Website link, un aviateur et inventeur bien informé de Binghamton, Ny. À cette époque, l’instrumentation de l’avion était suffisamment produite pour permettre de voler «aveuglément» sur les instruments par vous-même, mais la formation des pilotes d’avion à cet effet comportait un danger important. Weblink a créé l’un de votre cockpit de compagnie aérienne équipé d’un panneau solaire et d’un régulateur qui pourrait simuler de manière réaliste tous les mouvements de la compagnie aérienne. Les pilotes pourraient utiliser l’unité pour l’éducation aux instruments, manipulant les poignées sur la base des données de l’appareil pour pouvoir maintenir un voyage aérien droit et horizontal ou une montée ou une descente contrôlée sans avoir de point de référence graphique à votre horizon, à l’exception du synthétique un seul autour du panneau de l’appareil. L’instructeur de conditionnement physique a été révisé en tant que technologies d’avions innovantes. Les compagnies aériennes commerciales ont commencé à utiliser le Link Instructor pour les instructions initiales, et le gouvernement américain a commencé à les acheter en 1934, obtenant des milliers de dollars de plus pendant la Seconde Guerre mondiale. Les progrès technologiques tout au long de la guerre, en particulier dans les appareils électroniques, ont contribué à créer une simulation de vol de plus en plus réaliste. L’utilisation d’ordinateurs analogiques performants au début des années 1950 a entraîné davantage de mises à niveau. Les postes de pilotage, les poignées et les écrans des appareils étaient à ce moment-là devenus si personnalisés qu’il n’était plus possible d’employer un instructeur générique pour assembler des aviateurs pour prendre le vol de presque tout, même si les avions légers étaient les moins compliqués. A partir des années 1950, le You.S. La pression d’oxygène utilisait des simulateurs qui reproduisaient spécifiquement les cockpits de leurs avions. Au début des années 1960, des ordinateurs numériques informatisés et hybrides avaient été mis en œuvre, ainsi que leur vitesse et leur adaptabilité ont révolutionné les solutions de simulation. Des progrès supplémentaires dans le domaine des ordinateurs personnels et des technologies modernes de développement, en particulier la croissance de la simulation de réalité en ligne, ont permis de créer des conditions d’existence très complexes.