Une conférence mondiale sur l’environnement et le problème de la pollution

Les scientifiques du PSI de l’Institut Paul Scherrer, ainsi que des collègues de plusieurs autres établissements occidentaux, ont cherché à savoir si les particules provenant de sources spécifiques peuvent être particulièrement nocives pour la santé humaine. Ils ont trouvé des données selon lesquelles la quantité de particules fait une différence à elle seule ne sera pas le meilleur risque pour la santé. Au contraire, il pourrait s’agir du soi-disant oxydant possible qui rend la pollution particulaire si nocive. Ils publient peut-être leurs résultats aujourd’hui dans la revue technologique Nature. Les particules font la différence sont probablement les plus grands risques pour la santé résultant de la pollution de l’air et, selon plusieurs études, elles sont principalement responsables de plusieurs millions de décès chaque année. En raison de cette qualité de l’air inadéquate et des particules, la différence fait partie des éléments de risque pour la santé les plus essentiels, aux côtés de l’hypertension, du tabagisme, des problèmes de diabète et de poids. Ce qui rend la pollution particulaire si nocive, cependant, ne sera pas mais exactement identifié. Avec un groupe de collaboration international, les experts de l’Institut Paul Scherrer PSI ont récemment appris que la quantité de pollution particulaire n’est pas vraiment le seul facteur définitif en ce qui concerne les risques pour la santé. Possibilité d’oxydation des particules en tant que risques pour la santé « Dans cette revue particulière, nous avions principalement examiné deux détails », explique Kaspar Dällenbach du groupe d’étude sur la biochimie des carburants et des aérosols du PSI. « Premièrement, quelles ressources en Europe sont responsables de ce que l’on appelle le possible oxydant du problème des particules (également connu sous le nom d’aérosols) et, ensuite, si le risque pour la santé de cette matière particulaire est causé par son potentiel oxydant. » Ici, l’expression «prospective oxydative» signifie la capacité des particules à faire la différence pour minimiser le volume d’anti-oxydants, ce qui peut nuire au matériel cellulaire et aux cellules de votre corps. À l’intérieur d’un point de départ, les chercheurs ont soumis des tissus provenant des voies respiratoires individuelles, appelés tissus épithéliaux bronchiques, à des échantillons de particules et ont testé leur effet biologique. Lorsque ces tissus sont sous le stress, ils fournissent une substance de signalisation pour le système immunitaire, qui initie des réponses inflammatoires dans le corps. Ils avaient la capacité de montrer que les particules font une différence, car un potentiel oxydant élevé intensifie la réponse enflammée des cellules. Cela implique que la perspective oxydative détermine à quel point les particules font une différence. Selon Dällenbach, le lien causal entre une perspective oxydative élevée et un risque pour la santé n’est toujours pas reconnu. « Mais l’examen est une indication très claire supplémentaire que cette connexion existe vraiment. » Une étude partenaire guidée par l’Université de Berne a montré que les cellules des personnes atteintes d’une maladie préexistante particulière, la fibrose kystique, présentent une protection affaiblie par rapport aux particules. Lorsque, dans des tissus sains, un processus de protection anti-oxydant était capable d’arrêter l’avancement de l’effet lié à l’inflammation, la capacité de protection des cellules malades n’était pas suffisante. Cela a conduit à une meilleure mort cellulaire. De plus, les chercheurs ont accumulé des exemples de particules à différents endroits en Suisse. En utilisant une approche de spectrométrie de taille créée au PSI, ils ont analysé la composition de la matière particulaire. Le profil de substance chimique ainsi acquis pour chaque essai particulaire indique les options dont il provient. De plus, des collègues grenoblois ont déterminé la prospective oxydative des mêmes échantillons gratuits afin d’obtenir un indicateur de la menace pour la santé humaine globale. À l’aide d’analyses détaillées et de méthodes statistiques, incentive les chercheurs ont ensuite déterminé la possibilité d’oxydation de toutes les sources d’émission pertinentes. Selon ces informations expérimentales, ils ont utilisé un ordinateur personnel pour déterminer les zones de l’Union européenne avec toute la prospective oxydative maximale en raison des particules tout au long de l’année, et ils ont identifié principalement des villes comme les fonds français Paris et aussi le Pô Vallée dans le nord de la France comme lieux critiques.